Archives par étiquette : Afrique

Indice de Cybersécurité et de Cyber Bien-être

Au cours de l’année 2015, l’ITU (International Telecommunication Union) publiait un rapport d’étude intitulé : INDICE DE CYBERSÉCURITÉ DANS LE MONDE ET PROFILS DE CYBER BIEN-ÊTRE.
Le dit rapport est la fruit d’une collaboration entre l’ITU et l’entreprise ABI Research, société spécialisé en Intelligence de Marchés ; Trois années furent nécessaires entre le début des travaux pour l’étude sous-jacente jusque la publication des résultats via ce rapport. A la question de savoir en quoi consiste cette étude, les deux interventions suivantes nous en disent un peu plus :

« L’Indice de cybersécurité dans le monde (GCI) mesure le niveau de développement de chaque pays en matière de cybersécurité. Le GCI vise à fournir aux pays la motivation adéquate afin d’intensifier leurs efforts en matière de cybersécurité. L’objectif ultime est d’encourager une culture mondiale de la cybersécurité et de l’intégrer au cœur même des technologies de l’information et de la communication. » Brahima Sanou, Directeur Bureau de développement des télécommunications

« Le but du GCI est de mettre en place une méthode de mesure pour assurer, dans des conditions de sécurité et de sureté, l’innovation continue dans les activités technologiques et Internet. Un mélange de rigueur à la fois technologique, politique, juridique, organisationnelle et académique peut minimiser les dangers croissants liés à la criminalité pour des motifs politiques, financiers ou opportunistes. » Tim Archdeacon, Fondateur et CEO ABI Research

Concernant la méthodologie d’enquête, un questionnaire détaillé a été envoyé dans chacun des États membres de l’ITU ; un exemplaire de ce questionnaire figure dans le rapport. Notons que les données présentent dans ce rapport reflètent en réalité l’état des lieux au cours de l’année 2014.

Le TOP5 du classement mondial est occupé par les pays que sont :
Cyberwell-1WorldUne observation frappante est que sur chacun des 5 principaux critère étudiés, l’Afrique de en moyenne globale sort en dernière position comparé aux autres continents. Espérons que retard sera rattrapé au fil des différentes initiatives tant gouvernementales que privées qui sont entrain de prendre place sur le continent.
Cyberwell_Africa

Pour en venir au le cas particulier du Cameroun, nous notons qu’avec un indice de 0,412 il figure en 15e position sur le plan mondial, au même rang que d’autres pays comme la Kenya, l’Argentine, la Croatie et le Sri Lanka. Sur le plan continental, nous notons que le Cameroun figure en 5e position, les quatre premiers étant, respectivement, l’Ile Maurice, l’Ouganda, le Rwanda et le Nigeria.

Cyberwell_TOP5Africa

  • Les points positifs :
    – le Cameroun s’est doté de lois spécifiques à la Cybersécurité-Cybercriminalité
    – Nous avons un CERT/CIRT en charge de la gestion des incidents lié à l’informatique sur le plan National
    – Notre pays dispose d’une Agence Étatique (l’ANTIC – Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication) en charge de la coordination et de l’application de notre Stratégie de Sécurité dans les TIC.
    – l’Organisation de plusieurs séances de sensibilisation du public à la Cybersécurité par l’ANTIC
    – Le Renforcement des capacité du personnel technique en charge des problématique de Cybercriminalité et de Cybersécurité.
  • Les points à améliorer :
    – La Coopération, tant sur le plan national (Intra-agence et partenariat Public-Privée) que sur le plan International (excepté avec les pays membres de IMPACT de l’ITU)
    – Le Cameroun ne possède pas de structure spécifiquement dédiée à la protection des enfants en ligne et de mécanisme de report d’incidents relatifs à ce cas.
    – Nous n’avons aucune Agence gouvernementale ou organisme public certifié aux normes internationales de Cybersécurité

Concernant le point sur la coopération internationale, non mentionné dans l’étude, il est à noter que le Cameroun (ainsi que plusieurs pays Africains) est membre de l’Organisation panafricaine @AfricaCERT, et de ce fait, partage des informations avec les autres membres. De même, la Convention de l’Union Africaine sur la Cybersécurité, adoptée et en cours de ratification par les États membres, dans son Article 28, inclue aussi cette clause de partage d’information et d’assistance mutuelle entre les États membres.

Il serait intéressant de voir à quel niveau nous en sommes aujourd’hui et quelles sont les évolutions concrètes sur le terrain.

l’ITU ambitionne de produire chaque année, grâce aux remontés d’information des pays membres, une version de cette étude sur l’Indice de Cybersécurité et du Cyber Bien-être. Le rapport pour l’année 2015, faisant l’objet de cet article est disponible sur le site de l’ITU via le lien suivant : Indice Cybersécurité



Kmer Digital Days, here we go…

Ce mois de Mai, le ciel de la capitale économique de notre pays abritera la première édition des Kmer Digital Days.

K-MER Digital Days est un projet initié par SKYLIZ CONNECT dont l’ambition est de réunir pendant trois journées différentes cibles (Entreprises, étudiants en cycle de formation marketing, communication et gestion d’entreprise, professeurs, responsables d’Ecole de commerce et / ou Universités) autour du thème central: « Le Marketing Digital » afin de les amener à découvrir les enjeux de la révolution du web 2.0 et tout ce qui a conduit à l’émergence d’un marketing digital.
Ces journées reparties entre conférences, débats, salons, expos, ateliers de réflexion et autres se tiendront du 15 au 17 Mai 2014 au Parcours Vita sis à Bonamoussadi – Douala. logotype1

Y sont vivement conviés tous les passionnés, acteurs et utilisateurs des Technologies de l’Information et de la Communication.
Les inscription sont déjà ouvertes et la participation à l’événement est gratuite pour tous ! Pour réserver son ticket, une seule adresse : http://www.eventbrite.fr/e/billets-k-mer-digital-days-10976084765 !

Cameroon Cyber Security, en sa qualité de Partenaire de l’événement, prendra part avec des Ateliers/Conférence sur les sujets de la Cybersécurité au cours de la journée du Samedi 17.
Le programme de nos activités en ce jours est le suivant :

  • Atelier 1 : « Scamming, Phishing… Comment se prémunir des Arnaques en ligne ? ». Comment identifier les différents mails et SMS d’arnaque qui sont généralement reçus et que faire par la suite.
  • Atelier 2 : « Personal Security 101 : la Sécurité au quotidien » où il sera notamment question des mesures de sécurité des donnés numériques dans les aspects courants de la vie de tout individu lambda, de la sauvegarde de son répertoire téléphonique au choix d’un mot de passe robuste en passant par quelques rappels sur la protection de la vie privé dans le numérique.
  • Conférence-débat: thème « L’e-Réputation ». Pour les entreprise comme pour les particulier, il sera question de montrer en quoi la protection de l’e-Réputation est importante pour toute entité.

kmerddkmerQRcode-01-01-335x367
Concernant l’événement global, le planning détaillé des 3 jours pendant lesquels il se tiendra est disponible sur le site à cette adresse : http://kmerdigitaldays.com/event/with-both-sidebar/ 

Notons qu’en prélude à cet événement, se tiendra aussi un Flash Mob, les 12 et 13 Mai toujours dans notre cité capitale. De plus, au cours de l’événement se tiendra un concours des Startup, donc pour ceux ayant des projets de Startup déjà opérationnel ou encours de lancement, bien vouloir vous y inscrire et postuler.

 



CyberSecurity Month, de quoi s’agit-il ?!

Nous voici rendus en plein dans le mois d’Octobre, comme à l’accoutumé, des messages et campagnes de sensibilisation fusent de diverses horizons concernant la sécurité des utilisateurs, entreprises et gouvernements en ligne.

october_cybersec

A titre Indicatif, ce mouvement a été lancé au États Unis d’Amériques depuis une dizaine d’années [1] et avec le temps s’est propagé dans plusieurs autres pays et entités comme ce fut le cas avec l’Union Européenne qui instaura elle aussi le mois d’Octobre pour l’occasion [2], ou encore la Norvège, le Canada [3], l’Afrique du Sud [4], le Japon [5] et bien d’autres… bref le moins qu’on puisse dire c’est que la mayonnaise semble avoir bien pris !

Ici au Cameroun, et c’est aussi le cas dans plusieurs autres pays d’Afrique, cette mouvance ne semble pas encore être effective.
A titre indicatif, rappelons qu’instaurer un mois pour la sensibilisation à la Cyber sécurité ne veut absolument pas dire que les autres autres mois de l’année on peut dormir les yeux fermés, juste que c’est une période où tous les acteurs de l’écosystème de la Cybersécurité s’unissent pour faire porter un message et atteindre le maximum de personnes, entreprises, entités et de réduire davantage le nombre de victimes d’actes de cybercriminalité.

Cela se manifeste par la production de supports de sensibilisation du public, comme ce fut par exemple le cas tout récemment pour le Chapitre Français de l’ISSA avec son projet #CitizenSec (http://t.co/vrbDUYk3WA), par la recrudescence des campagnes de sensibilisation en ligne comme en présentiel organisées par des acteurs économiques, des entités étatiques ou par des Organisations non-gouvernementales.

Au delà de l’aspect « mouvement d’ensemble » de la chose, il nous importe à tout un chacun de continuer à sensibiliser, former, éduquer notre entourage sur les sujets de Cyber sécurité notamment sur les basiques comme l’adoption d’une bonne hygiène Informatique [6] aux choses un peu plus complexes comme la protection des Infrastructures Critiques, en passant par des sujets tous aussi importants comme la protection de la vie privée en ligne, l’espionnage industriel, la sécurité des transactions financières, la lutte contre la Cybercriminalité

A cet effet l’initiative « AlertAfrica«  a mis à la disposition de tout un chacun des supports de sensibilisation et d’édification sur son site : http://alertafrica.com/games-and-videos/. Vous y trouverez quelques vidéos éducatives ainsi qu’une mini-bande dessinée intitulée : « CYBERVILLE », qui compte déjà 3 parutions à son actif !

« Be alert!!
You are already a target!
Don’t become a victim!! » ~ AlertAfrica

 Liens Utiles :

[1] Stay Safe Online
[
2] EU CyberSec Month
[3] CyberSec Month Canada
[4] South African Cyber Security Awareness Month
[5] CyberSecMonth Japan
[6] Exemple de Guide d’hygiène Informatique par l’ANSSI



Réseaux Sociaux et Sécurité avec les étudiants de la FGI, Douala

Dans le cadre de ses activités de sensibilisation du public sur l’usage de manière sécurisée des Technologies de l’information et de la Communication, il s’est tenu le 10 Mai dernier dans l’enceinte de la Faculté de Génie Industriel (FGI) raccordée à l’Université de Douala un atelier de 2 heures et demi sur le thème « Réseaux Sociaux et Sécurité ». Cet atelier est le fruit d’un concours d’efforts volontaires ayant vu la participation du Club Informatique de la FGI dans la planification et la coordination ainsi que l’Administration de l’Université de Douala pour avoir permis que cette rencontre ait lieu dans son enceinte.

Vous trouverez ci-dessous la présentation passée ce jour. Lors de l’atelier, une question posée était de savoir comment protéger sa boite mail, comment savoir si quelqu’un d’autre a eu accès à sa boite et que faire en cas de piratage de son compte, le lien suivant est un précédent billet assez détaillé sur le sujet : Et si on parlait de nos boites mails?

Il est à noter que ce genre de rencontre vont s’étendre dans les établissements scolaires   avec le temps et nous appelons ainsi les différents Clubs Informatique/Sécurité des dits établissements à bien vouloir rentrer en contact avec nous pour planification, ceci par mail (contact@camcybersec.cm)  ou tout simplement en utilisant le formulaire de contact présent sur le site de l’Association : http://www.camcybersec.cm/contact/

La presentation est disponible en télechargement direct par ici : CamCyberSec_FGI_reseaux_sociaux_et_securite_version_1.1

et directement consultable en ligne par ici : 

 



CTO Cybersecurity Forum, Yaoundé Edition, Write Up Part 2 : Critical Information Infrastructures Protection Workshop

Following the first part of the return on the 3rd CTO Cybersecurity Forum (which is reachable here) in the afternoon of Thursday, April 25, there were two tracks of choice and ours was to participate in the workshop on the Critical Information Infrastructure Protection (CIIP) led by David POLLINGTON from Microsoft Security in partnership with FIRST (Forum for Incident Response and Security Teams).

From the outset, the master session insisted that while it is Microsoft, during the workshop there will be no sale of any product of the firm’s employment, but rather to share  State of the art and best practices for CIIP and what is being done at Microsoft to get there.

The workshop was divided into two parts:

  • Critical Infrastructure Protection: Concept and Continuum: on the definition and contours of the Critical Infrastructure (CI) concept.
  • A Framework for Critical Information Infrastructure Risk Management, which offered us a set of process dedicated to the identification and management of risks in our CIIs (Critical Information Infrastructures).

For this purpose, two books were given to us, each focusing on a part of the workshop.

Speaking about CIIP, we should already be able to differentiate what is Critique and what isn’t. The criticality notion is variable from one state to another, there are no fixed patterns on it. However, some areas are included in several Critical Infrastructures models / catalogs in the example of Energy, Finance, Water, Transport, Food, Public Safety, … The following figure shows an overview of the areas considered critical in some countries.

CII_Sectors_By_Countries

Nowadays, with almost all automated and interconnected systems, our critical or not infrastructures  depends more and more on IT. However, when it comes to CIIP, it is not only a protection against threat which IT is the vector, including cyber attacks, but all types of factors that undermine our infrastructures which that either the original example of Terrorist Attacks, Natural Disasters, Wars, and many other kind of chaotic situations.

Critical Infrastructures Protection is intimately linked to four key points to be implemented :

  • Trustworthy Policies and Plans

This trustworthy need to meet the following three criteria : Build and reinforce strong cooperative partnerships among stakeholders, be Adaptable and Scalable, responding to ongoing changes in threat profiles and Contains Milestones and metrics that track the progress of a Critical Infrastructures Protection Program.

  • Resilient Operations

Resilience in this case is the ability to be able to anticipate or protect against the risk/significant attacks and to minimize the duration and impact of the incident suffered. Critical Infrastructure Resilience allows not only to protect for the potential risks, but also and especially to be able to optimally manage to return to normal as soon as possible. This can not be done without regulars exercises to test incident response capabilities and it involves governments, vendors and enterprises working together to appropriately assess, mitigate and recover from attacks.

  •  Investment in Innovation

CIP must be constantly aware of latest sophisticated threats. Due to that, People, processes and technology must be considered when defining CIP practices, programs, education/training and Reaseach and Development.

  • Trusted Collaboration and Information Sharing

The first three criteria mentioned above, put together thanks to a good collaboration and information sharing among different stakeholders enable partners said.

The figure below shows the structure exploded of four key steps listed above and their subsets

CIP_Continium

Following these strategic axes for the Critical Infrastructure Protection (CIP) Microsoft has established a framework for comprehensive management of risk associated with these assets. This framework is divided into five consecutive steps defined as follows :

1.  Determine Risk Management scope

This phase will determine the appropriate well as the objectives and activities for the risk management scope. It will be done into three consecutive steps :
– Reaching stakeholder consensus on statement of mission and vision, it in determining what should be protected and why.
– State the specific security and resiliency goals, objectives and assurances
– Identify essential services

2.  Identify Critical Information Infrastructures functions

Relation_Between_CII_And_Cybersecurity Determining the Critical Information Infrastructure functions is the second stage of the CII Risk Management plan. This refers to the stakeholders to have an open debate on the criticality of assets and together define which Information Infrastructure elements, critical functions and key resources are necessary to deliver vital government services, economy, and to ensure public safety.

3.  Analyze Critical Function Value Chain and Interdependencies

Services, processes and core functions are not partitioned entities, but rather composed of several closely related sub-components that jointly enable an end objective, understanding the complexity and interdependence between value chain is not just used to analyze threats, vulnerabilities and consequences, but more importantly, identifies stakeholders and strategic suppliers of value chains involved. As an example, the figure below shows an overview of what this step can bring:

CII_Value_Chain

4.  Assess Critical Function Risk

This step focuses specifically on threats and vulnerabilities of critical functions. In terms of CII, the risk is function of threat, vulnerability and their consequences. This results in the equation:

Risk = ƒ(Threat, Vulnerability, Consequence)

In this equation:
Threat refers to any natural or Human factor
Vulnerability here means a weakness or failure which can be exploited by a threat
Consequence also called « Impact » refers to costs, losses or results from the successful exploitation of a vulnerability by a threat.

 5.  Prioritize and Treat Critical Function risk

Prioritize and deal with a continual and ongoing risks to critical functions of our infrastructures leads to four possibilities:
– Risk Mitigation, Mitigating the impact/effect of risk
– Risk Prevention
– Risk Transfer (in the case of insurance, for example)
– Risk Acceptance/Retention, whose means to accept the probability and impact of a particular risk.

At the end the trainer noted in caption that CII Risk Management is not a static state, but a Continuous Process lead by the culture of ongoing risk management activity throughout each phase of the CIP Continuum. It is on this score that ended this very informative workshop on Critical Information Infrastructures Protection.

After this, we will like to know: How many African Countries have already setup this types of Critical Information Infrastructures Risk Management Process? much more how many of them have only finish with the first step of this framework? What about Cameroon, are we aware about this? too much work need to be done, but it’s not too late!

 Sources :

1- Microsoft Trustworthy Computing : Critical Infrastructure Protection : Concepts and ContinuumGlobal Security Strategy and Diplomacy

2- Microsoft Trustworthy Computing : A Framework for Critical Information Infrastructure Risk ManagementGlobal Security Strategy and Diplomacy

 



3rd Commonwealth Cybersecurity Forum

Du 22 au 26 Avril prochain, la capitale politique du Cameroun, Yaoundé, abritera la Conférence annuelle  sur la Cyber Sécurité dans les états membres du Commonwealth. Cet évènement se tiendra au Palais des Congrès de Yaoundé sis au quartier Tsinga.

Les sessions de cette conférence porteront principalement sur les sujets suivants :

  • Protection des Infrastructures Critiques
  • La Sécurité en ligne pour les plus jeunes, qui par ailleurs fera l’objet d’un atelier en préliminaire.
  • Garantir la Sécurité tout en préservant la vie privée et les libertés individuelles
  • Les implications des vols d’identité en ligne
  • Mise en Œuvre de normes communes grâce  à des partenariats avec diverses parties prenantes.

En prélude à la conférence proprement dite qui débutera le 25 Avril, un atelier sera organisés du 22 au 24 Avril et portera sur la Protection des Enfant en ligne et son Programme Pilote d’implémentation dans 6 pays membres à savoir le Cameroun, la Gambie, le Nigeria, le Ghana, la Sierra Leone et la Mauritanie.

Résumé :

  1. Thème  : « Bringing Safety, Resilience and Security in Cyberspace »
  2. Date : du 25 au 26 Avril 2013
  3. Lieu : Yaoundé, Palais des Congrès
  4. Programme :http://www.cto.int/events/upcoming-events/commonwealth-cybersecurity-forum/commonwealth-cybersecurity-forum-programme/
  5. Modalités pratiques :http://www.cto.int/events/upcoming-events/commonwealth-cybersecurity-forum/commonwealth-cybersecurity-forum-venue/
  6. Plus d’informations :  http://www.cto.int/events/upcoming-events/commonwealth-cybersecurity-forum/commonwealth-cybersecurity-forum-more-information/

 

Source : http://www.cto.int/events/upcoming-events/commonwealth-cybersecurity-forum/