Archives mensuelles : février 2016

Indice de Cybersécurité et de Cyber Bien-être

Au cours de l’année 2015, l’ITU (International Telecommunication Union) publiait un rapport d’étude intitulé : INDICE DE CYBERSÉCURITÉ DANS LE MONDE ET PROFILS DE CYBER BIEN-ÊTRE.
Le dit rapport est la fruit d’une collaboration entre l’ITU et l’entreprise ABI Research, société spécialisé en Intelligence de Marchés ; Trois années furent nécessaires entre le début des travaux pour l’étude sous-jacente jusque la publication des résultats via ce rapport. A la question de savoir en quoi consiste cette étude, les deux interventions suivantes nous en disent un peu plus :

« L’Indice de cybersécurité dans le monde (GCI) mesure le niveau de développement de chaque pays en matière de cybersécurité. Le GCI vise à fournir aux pays la motivation adéquate afin d’intensifier leurs efforts en matière de cybersécurité. L’objectif ultime est d’encourager une culture mondiale de la cybersécurité et de l’intégrer au cœur même des technologies de l’information et de la communication. » Brahima Sanou, Directeur Bureau de développement des télécommunications

« Le but du GCI est de mettre en place une méthode de mesure pour assurer, dans des conditions de sécurité et de sureté, l’innovation continue dans les activités technologiques et Internet. Un mélange de rigueur à la fois technologique, politique, juridique, organisationnelle et académique peut minimiser les dangers croissants liés à la criminalité pour des motifs politiques, financiers ou opportunistes. » Tim Archdeacon, Fondateur et CEO ABI Research

Concernant la méthodologie d’enquête, un questionnaire détaillé a été envoyé dans chacun des États membres de l’ITU ; un exemplaire de ce questionnaire figure dans le rapport. Notons que les données présentent dans ce rapport reflètent en réalité l’état des lieux au cours de l’année 2014.

Le TOP5 du classement mondial est occupé par les pays que sont :
Cyberwell-1WorldUne observation frappante est que sur chacun des 5 principaux critère étudiés, l’Afrique de en moyenne globale sort en dernière position comparé aux autres continents. Espérons que retard sera rattrapé au fil des différentes initiatives tant gouvernementales que privées qui sont entrain de prendre place sur le continent.
Cyberwell_Africa

Pour en venir au le cas particulier du Cameroun, nous notons qu’avec un indice de 0,412 il figure en 15e position sur le plan mondial, au même rang que d’autres pays comme la Kenya, l’Argentine, la Croatie et le Sri Lanka. Sur le plan continental, nous notons que le Cameroun figure en 5e position, les quatre premiers étant, respectivement, l’Ile Maurice, l’Ouganda, le Rwanda et le Nigeria.

Cyberwell_TOP5Africa

  • Les points positifs :
    – le Cameroun s’est doté de lois spécifiques à la Cybersécurité-Cybercriminalité
    – Nous avons un CERT/CIRT en charge de la gestion des incidents lié à l’informatique sur le plan National
    – Notre pays dispose d’une Agence Étatique (l’ANTIC – Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication) en charge de la coordination et de l’application de notre Stratégie de Sécurité dans les TIC.
    – l’Organisation de plusieurs séances de sensibilisation du public à la Cybersécurité par l’ANTIC
    – Le Renforcement des capacité du personnel technique en charge des problématique de Cybercriminalité et de Cybersécurité.
  • Les points à améliorer :
    – La Coopération, tant sur le plan national (Intra-agence et partenariat Public-Privée) que sur le plan International (excepté avec les pays membres de IMPACT de l’ITU)
    – Le Cameroun ne possède pas de structure spécifiquement dédiée à la protection des enfants en ligne et de mécanisme de report d’incidents relatifs à ce cas.
    – Nous n’avons aucune Agence gouvernementale ou organisme public certifié aux normes internationales de Cybersécurité

Concernant le point sur la coopération internationale, non mentionné dans l’étude, il est à noter que le Cameroun (ainsi que plusieurs pays Africains) est membre de l’Organisation panafricaine @AfricaCERT, et de ce fait, partage des informations avec les autres membres. De même, la Convention de l’Union Africaine sur la Cybersécurité, adoptée et en cours de ratification par les États membres, dans son Article 28, inclue aussi cette clause de partage d’information et d’assistance mutuelle entre les États membres.

Il serait intéressant de voir à quel niveau nous en sommes aujourd’hui et quelles sont les évolutions concrètes sur le terrain.

l’ITU ambitionne de produire chaque année, grâce aux remontés d’information des pays membres, une version de cette étude sur l’Indice de Cybersécurité et du Cyber Bien-être. Le rapport pour l’année 2015, faisant l’objet de cet article est disponible sur le site de l’ITU via le lien suivant : Indice Cybersécurité